Musique

Cinéma

Perso

Nostalgie

Passions

Homosexualité

Me contacter

 

Insane Clown Posse

Hole

Twiztid

Ma Radio

Chanson du mois

PlayList Idéale

 

Comédie

Culte

Drame

Fantastique

Horreur

Indépendant

Autres

 

Bouffe

Crados

Catalogues Jouets

Jouets

Objets

Pelluches

Super Nana

Télévision

Autres

 

Catch

Comics

Jeux Vidéo

Liens

Littérature

Télévision

 

Présentation

Blog

Photos

VIP

Humeur

Histoires

Merci à ...

 

A travers l'Histoire

Matthew Sheppard

Homophobie

Outing

 

Mail

Livre d'Or

Forum

 

 


 Home >> Passions >> Littérature 
 
 

[ Page Précédente ]

[ Page Précédente ]

 

Livres chroniqués sur cette page

Alice à travers le miroir - Lewis Caroll
Ames Perdues - Poppy Z. Brite
Attentat - Amélie Nothomb
Baise moi  - Virginie Despentes
Bienvenue dans un monde inutile - Philippe Nassif
 

 Ensemble des critiques de livres

 


 

  
 

Alice au travers du mirroirALICE A TRAVERS LE MIROIR. 
Lewis Carroll, 2002
Librio
123 pages

Note:star01_yellow.gifstar01_yellow.gif

 

 

Histoire: Alice, une jeune fille de 7 ans et demi, s'amuse avec son chat dans le salon de sa maison. Le félin se montrant peu coopératif, Alice menace de l'expédier de l'autre côté, dans la maison du Miroir, maison qu'elle voudrat bien visiter le salon où tout y est inversé. Elle grimpe sur la cheminée au dessus de laquelle est accroché le miroir. C'est alors que la glace commence  à fondre et à se transformer en gaz at Alice se retrouve aussi tot dans un monde étrange.     Après avoir exploré les quelques piéces, elle décide d'aller visiter le jardin. malheureusmenet plus elle mrchait vers une colline, plus celle ci s'éloignait. Las de ne pas atteindre son but, elle finit par discuter avec les parterres de fleurs qui lui apprennent qu'une autre personne se proméne elle aussi dans le jardin. A peine ces mots prononcés, que surgit la Reine rouge. Cette dernière lui apprend certaines régles de ce monde et l'emméne jusqu'à un échiquier géant où les cases sont toutes séparées par des ruisseaux. Débute pour Alice, un long voyage pour arriver à devenir reine dans cette partie d'échec.

 

Critique: On dit qu'il y a autant de livres de lewis Carroll dans les foyers anglais que de bible, c'est dire que l'auteur est un des pilliers de la littérature enfantine. A l'origine, il ne se prédestinait pas à la littérature, c'est en fait à la demande d'une fille d'un de ses amies qu'il inventa cet Univers. Alice à travers le miroir est le deuxième livre de Carroll, après Alice aux pays des merveilles. Malheureusmenet, la traduction d'Elen Riot sur laquelle s'est basé  Librio est catastrophique: aucun des noms originaux n'a été gardé.Humpty Dumpty, l'oeuf si célébre devient ainsi Boumbadaboum, on en parle plus de non anniversaire mais d'antinversaire. C'est vraiment dommage car, qu'on le veuille ou non, l'adaptation par disney est dans la tête de tout le monde
    Pour le reste, on peut reprocher à l'auteur de tirer sur le filon et de pas trop se creuser la tête: dans Alice aux pays des merveilles, ona  affaire à des cartes à jouer, ici c'est à des piéces d'échec. En fait, il faut prendre son oeuvre qui n'a ni queue ni tête (il faut marcher à l'envers sinon on recule, les gens apparaissent et disparaissent aussi vite, Alice est dans un magasin et une seconde après alice est sur une barque au milieu de la mer) comme une des première oeuvre télétubbidélique. Ce grand n'importe quoi rappelle les écrits des grands auteurs adeptes de la rogue tel que Burrough William. On dit que c'est un livre pour enfant mais c'est exactement comme les télé tubbies que les fétards matent après avoir passé toute une nuit à danser sous ecsta.. Mais là où Burrough échoue, Carroll réussit parceque il campe son univers dans celui des enfants.

[ Retour en haut ]

 

Ames perduesAMES PERDUES. 
Poppy Z. Brite, USA, 1992
Ed. J'ai Lu.
380 pages

Note:star01_yellow.gifstar01_yellow.gifstar01_yellow.gifstar01_yellow.gifstar01_yellow.gif

 

 

Histoire: Nothing est un enfant adopté qui a bien du mal à trouver sa place dans sa famille adoptive. Un soir, il décide de fuguer et d'aller retrouver ses vrais parents. Il découvrira qu'il est l'enfant d'une mortelle et d'un Vampire avec qui il entretiendra des relations très intimes. Sur son chemin, il croisera les LOST SOULS, un groupe de musique dont il est fan et qui se compose de Steve et Ghost. Ce dernier dispose de pouvoirs hérités de sa grand mère, une célébre sorcière et il fera tout pour protéger Steve dont il est amoureux. Mais la rencontre de tous ces personnages ne se passera pas sans heurs et Nothing devra choisir entre sa "famille" de vampire et les êtres humains.

Critique: Poppy Z. Brite réussit à mélanger littérature d'horreur et underground. On peut lui reprocher de faire un peu de pédalexploitation (ses héros sont toujours gays) mais qu'importe. Elle écrit bien et on s'attache à ses héros, on souffre pour eux, on bande pour eux. Elle nous compte en paralléle la vie de différents personnages qui finiront tous par se croiser. On se demande parfois quel est le rapport avec l'intrigue principale mais toutes les questions finissent par trouver leurs réponses et c'est ce qui fait la force de ce livre. A ne pas manquer.

 [ Retour en haut ]

 

AttentatATTENTAT. 
Amélie Nothomb, Fr, 1997
Ed. Livre de poche
153 pages.

Note:-

 

 

Histoire: Epiphane Otos est laid, très laid. en fait c'est un des hommes les plus laid qu'il soit. ("Quasimodo, c'est moi"). Alors qu'il répond à une annonce pour un casting (cherche homme hideux pour film d'art), il fait la connaissance d'Ethel, jeune comédienne émue par sa hideur qui deviendra sa confidente. Il l'accompagnera lors d'un rendez vous avec une agence de mannequin et à sa grande surprise, ce sera lui qui retiendra l'attention des responsables qui lui feront signer un contrat; l'idée étant que sa laideur fera ressortir encore un peu plus la beauté des autres mannequins. Il deviendra rapidement une star mais celà suffira-t-il à faire tomber Ethel dans ses bras?

Critique:  C'est le premier livre que je lis d'Amélie Nothomb et certainement le dernier. Soyons franc, la pauvre fille n'a aucun talent littéraire. Sa plume est des plus banales et les quelques idées originales qu'elle a sont très mal exploitées. Alors pourquoi ce succés? Deux raisons: 1- Elle est tout un personnage que les médias aiment inviter sur les plateaux de télévision (chapeau, histoire abracadabrantesque sur sa jeunesse...); 2- Ce sont des livres faciles à lire, vite lu qui plaisent au lecteur lambda.
   Le pire dans ce livre largement inspiré de Notre Dame de Paris, c'est sa fin pathétique: Epiphane tue Ethel parcequ'il sait qu'il ne l'aura jamais.

 [ Retour en haut ]

 

Baise moiBAISE MOI
Virginie Despentes, Fr., 1994.
Ed. J'ai lu
249 pages.

Note:-

 

 

Histoire: Le destin de deux nanas mal dans leur peau se croise: l'une, Nadine, fan des films porno est appelé à l'aide par un de ses amis qui vient de tuer un homme; l'autre, Manu, actrice de x, se fait violer . Elle décide de faire payer la société et descend deux mecs don't le responsible de la conditionnelle de son frère. Les choses feront qu'elles se rencontreront et s'en suivra une longue course qu'elles parsemeront de morts. Sans foi ni loi, elles croient pouvoir faire tout ce que bon leur semble même si au fond d'elle, elles savent que tout celà finira mal pour elle.

Critique: Baise moi est un des événements littéraires de la fin du 20ième siécle grace notamment à la sortie du film homonyme et du scandal qui l'entoure. Pourtant rien n'est réelement choquant dans ce livre: certes, il y a un gosse de tuer, certes, les morts sont nombreux mais c'est si mal écrit qu'on ne s'appitoie même pas. Et c'est ça le probléme du livre, Despentes n'est pas assez rentré dans les détails. Pas de sang. Pas de sexe. Rien, nada, nothing. tant de bruit pour si peu.
Et puis on n'arrive pas à s'attacher aux héroines, on s'en moque. L'une d'elles mourra, la belle affaire, on la regrettera pas mais on ne s'en réjouira pas non plus.
Bref, beaucoup de tapages pour rien. Vite lu et vite oublié.

 [ Retour en haut ]

 

Bienvenue dans un monde inutileBIENVENUE DANS UN MONDE INUTILE 
Philippe Nassif, Fr. 2002
Ed. J'ai Lu
150 pages. 

Note: -

 

 

Histoire: Jean No est une fashion victime. Agé de 30 ans, il passe son temps à chercher le snouvelles tendances pour rester jeune et faire brancher. Alors Jean No se lance dans le net, joue aux jeux video,  va aux soirées le splus branchées de la capitale, vide son compte bancaire pour acheter les dernières fringues à la mode. Bref il sait ce que HYPE signifie.

Critique: Ce livre est, en fait, un recueil de courtes nouvelles écrites par Philippe Nassif pour le magazine Technikart. J'ai jamais été fan des récits trop courts parcequ'ils ne permettent pas de développer suffisamment une histoire mais là c'est pire que tout.
    A un moment du livre, on peut lire "..elle se demande si la littérature n'est pas menacée d'extinction en ce début de siècle". Après avoir lu ce livre, je pense que la réponse est oui. C'est chiant, inintéressant et pire que tout, on ne sait pas à quel degré il faut prendre ce livre. L'auteur (qui au passage est chroniqueur dans Field dans ta chambre, une des dernières émissions littéraires de la télévision française) a surement voulu dénoncé la hype attitude sauf que d'une part il fait partie de la hype sociéty (Zurban, Technikart..), et d'autre part c'est plat, ultra quelconque (n'importe quiaurait pu écrire ce bouquin) et c'est plein de références que seuls les habitués du hype peuvent comprendre. Bref c'est de la merde en barre, ça pue, ona l'impression de lire une oeuvre écrite par un hype pour que les hypes s'amussent à se voir tel qu'ils sont. Navrant, pathétique...

 [ Retour en haut ]

[ Retour à la liste ] - [ Page suivante ]
 


Webmaster  |  Me contacter
Version 5.01
Les textes sont © Scandy